NL FR EN
×

Projet de soutien à l'orphelinat Jabe au Burundi


Journal La Province - 02-06-2013

MONS-BORINAGE. ACTION  HUMANITAIRE AU BURUNDI

 

Deux Montois bénévoles à Bujumbura

 

Aider, bénévolement, des petits orphelins à se construire. C’est le credo de Aude Rossignol et de son compagnon Alain Carpiaux. C’est son métier de spécialiste en communication pour le PNUD, le programme des Nations Unies pour le Développement, qui a amené Aude Rossignol, 35 ans, à partir pour Bujumbura, en janvier 2012. Elle y mène sa mission professionnelle sous forme de contrats annuels, qui se renouvelleront jusqu’en 2014. Son compagnon Alain Carpiaux, 38 ans, l’y a rejointe en septembre 2012. Un an auparavant, cet ancien banquier s’était reconverti dans l’enseignement à l’institut St-Stanislas de Mons. « J’ai décidé de rejoindre ma compagne : dans la capitale du Burundi, j’ai décroché un poste d’enseignant à l’école belge, où il donne des cours de d’économie, histoire et français (au niveau secondaire) », confie-t-il.

Jusqu’ici, rien à voir avec le bénévolat à l’orphelinat de Jabe ! « Nous avions envie d’œuvrer en tant que bénévoles », poursuit Aude Rossignol.  Justement, le 18 juillet 2012, se déroulait la journée Nelson Mandela, consacrée au bénévolat. C’est en prenant part à cette journée organisée entre le PNUD et l’ambassade d’Afrique du Sud, que nous avons décidé de faire partie d’un tout nouveau groupe de soutien à cet orphelinat public.   Aude et Alain en font désormais partie : chaque samedi, ils rencontrent la cInquantaine d’enfants qui y sont hébergés. « Notre objectif est de divertir les enfants, d’organiser des loisirs, mais aussi de les stimuler en organisant des activités d’éveil intellectuel et cérébral », confie Alain. « Par exemple, nous organisons des jeux avec eux, on les conduit à la plage au bord du lac Tanganyika, nous mettons sur pied des manifestations, comme ce début mai, une journée de ‘jeux olympiques’ puis une journée de rencontre avec un orchestre, des visites à la bibliothèque…

Ces enfants s’improvisent des jouets avec des bouts de ficelles, des boîtes… « Etre bénévole avec eux, poursuit Aude, c’est beaucoup leur donner, mais aussi beaucoup recevoir. Ces enfants vous donnent énormément de satisfaction par leur amour, leur enthousiasme, leur besoin d’apprendre, de créer, de fleurir leur environnement. C’est très motivant de leur construire un avenir meilleur. Notre action bénévole se perpétuera après notre départ, fin 2014 !»

A l’orphelinat de Jabe, une trentaine de petits résidents ont de 0 à 5 ans. La vingtaine d’aînés ont de 6 à 21 ans. « Ces enfants ont, soit perdu leur maman en couches, soit perdu leurs deux parents à la guerre quia  perduré jusqu’en 2008. Certains ont vécu des horreurs. Une fillette ici, a reçu des coups de machette qui ont nécessité une intervention chirurgicale… , poursuit Aude. Avant l’âge de 5 ans, comme leur père seul à la maison ne sait pas pourvoir à leur éducation, les petits sont soignés par 19 ’mamans ‘, des fonctionnaires du ministère de la Solidarité, engagées 8 jours par mois pour pourvoir à l’hygiène et l’alimentation des tout-petits.» C’est ici qu’interviendra le subside que le club Soroptimist de Mons-Borinage intervient (voir par ailleurs).

« Alain et moi sommes de vieilles connaissances », sourit marie-Emma Roland, membre des Soroptimist de Mons-Borinage, qui a eu l’idée de financer les ‘mamans’. « Alain a donné cours à ma fille à St-Stanislas. Et nous étions membres de la régionale du Hainaut des Amis de la Terre.» De quoi tisser tout un monde de solidarité.

 

G. M.

retour a presse >>>




Site designed by UltiNova