NL FR EN
×

Le bel hommage à Toots des "Soroptimistes" du Sablon


La LIbre.be - 25-08-2016

Le bel hommage à Toots des "Soroptimistes" du Sablon

 

CHRISTIAN LAPORTE Publié le jeudi 25 août 2016 à 07h44 –

 

 

BRUXELLES

 

Ci et là dans les Marolles, "son" quartier qui lui tenait autant à cœur que ses points de chute d’outre-Atlantique et son havre de paix de Gaillemarde en Roman Païs de Brabant, la mémoire de Toots Thielemans est évoquée de diverses manières. A la rue des Chandeliers, il trône au cœur d’une fresque réalisée en 2005 à l’initiative du club Soroptimist de Bruxelles-Sablon sous la double houlette de Lise Brachet et d’Agnès Sautois avec l’aide du Comité de la Samaritaine et des enfants du quartier.

"Dans un premier temps, explique Claire Pahaut, infatigable animatrice des Sorops du Sablon, les dessins firent revivre des moments variés de l’histoire de Bruxelles. De l’incendie du quartier du Palais de Justice et de l’église du Sablon et ses arbalétriers à la vendeuse de caricoles… Mais voilà, les années passant, la fresque a souffert du vandalisme… Lise Brachet s’en inquiéta et nous acceptâmes un deuxième projet : nettoyer les murs et corriger les dessins. Afin de donner une touche personnelle à la rénovation, on a eu l’idée, avec l’accord des personnes concernées, de terminer l’évocation de la vie bruxelloise en épinglant sur les derniers pans de murs, l’image de nos grands Bruxellois, Annie Cordy, Toots Thielemans et le Grand Jojo."

 

Un talent distribué en ondes harmoniques

Lise Brachet remit son tablier de peintre, la Ville offrit la peinture, le matériel, échafaudage compris, et un peintre mural. Et la section artistique d’une école secondaire voisine vint épauler l’artiste. Hélas, des tagueurs sans scrupule ont remis le couvert mais les Sorops sont des dures à cuire… Elles vont donc relancer la restauration. En attendant, l’occasion était belle de rendre hommage à Toots Thielemans. Mardi soir, avec l’éloquence qu’on lui connaît un peu plus haut dans le quartier (au Palais assyro-babylonien de Poelaert), Me Claude-Thérèse Pirson a constaté que "les premières notes montent dans le ciel de cristal avant de redescendre en cascade par les détours des rues, ruelles et impasses jusqu’à la place du Jeu de Balle et la Grand-Place". Avant de remercier Toots pour son "talent, reçu et distribué en ondes harmoniques". Mais aussi pour "(sa) générosité d’homme parmi les hommes". Et évidemment pour sa musique !

Christian Laporte

 

terug naar persartikelen >>>




Site designed by UltiNova